La forêt apatride
SEQUOIA-ACT
  1. projet
  2. Andrésy
  3. Sculptures en l’ile

Sculptures en l’ile

Publié par Mickael Valet, Milutin Miletić

le 25/06/2013

552 vues

Description

JPEG - 348.2 ko

Exposition la Forêt Apatride

- Sculptures en l’Ile, 16ème édition, Andrésy (Yvelines)

Face à l’embarcadère, dans l’espace Julien Green, a eu lieu de mai à septembre 2013, l’exposition La Forêt Apatride qui marque le début d’une coopération "long data" avec la ville d’Andrésy. Le projet consiste en la réalisation d’une oeuvre d’art sous la forme d’une plantation d’arbres monumentaux accompagnée d’interventions de sensibilisation à la protection de la nature et du patrimoine. S’appuyant sur une action participative depuis la germination des graines jusqu’à la finalisation d’un projet d’envergure nécessitant plusieurs générations d’êtres humains, la forêt apatride est une communauté croissante qui se projette en surimpression au delà des frontières géographico-temporelles.

JPEG

Une vitrine est consacrée à la présentation évolutive au cours des quatre mois de l’événement de la Forêt Apatride. D’abord archive du travail mené au monastère des Cordeliers, cabinet de curiosité, puis lieu de prospections sur l’origine du Sequoiadendron giganteum, cette exposition a permis de réunir des lectures complémentaires d’une œuvre en expansion. Tout en tendant vers un étalement sur le territoire et dans le temps par un marquage du paysage (tout Séquoia issu de la Forêt Apatride), cette œuvre a vocation à s’étendre à tout domaine de la connaissance, par absorption, comme pour générer sa propre histoire dans le réel.JPEGun extrait de l’article du cneai sur le projet : "La Forêt Apatride est à cheval entre l’art, la paléobotanique, et absorbe bien des problématiques contemporaines par le travail en réseau qu’elle sous-tend. Avec la mise en place d’une association du même nom et une plateforme web à même de relater ses gestes et déploiements, mettre en lien ses divers acteurs, cette projection dans le temps ne cesse de s’étoffer tant sur le territoire physique que virtuel. Transformation progressive, durable et positive du territoire, dépassement de l’échelle humaine qui passe par le geste simple du don de graines."

JPEG - 2.6 Mo

surimpression du cloître de Dijon et de l’église d’Andrésy, deux lieux en rénovation